Pour un adolescent

La psychothérapie de l‘adolescent

La psychothérapie de l’adolescent est le plus souvent une thérapie de soutien et d’accompagnement du processus adolescent, période de profonds remaniements au cours duquel il lui faut de se séparer de ses parents, s’individualiser, devenir adulte.

On s’intéresse dans le travail aux éléments de sa vie quotidienne, à « l’ici et maintenant ». C’est à partir d’échanges autour d’anecdotes familiales, de bavardages qu’il entretient avec ses camarades, de disputes, de son activité sur les réseaux sociaux, que le thérapeute écoute l’adolescent dans sa complexité et ses revirements au jour le jour qui le font basculer de l’engouement au rejet, de l’enthousiasme à la tristesse, de la désinvolture à la révolte.

La psychothérapie permet de diminuer les angoisses, de soulager les blessures narcissiques voire de remettre en marche un processus qui se trouvait en panne. Il convient de soutenir l’adolescent dans cette recherche de « qui il est » et de « qui il deviendra ». De l’aider à mieux se connaître et se comprendre de manière à construire ses propres repères.

L’organisation des rencontres avec un adolescent demande de la souplesse car la volonté de maitriser la relation et de garder son indépendance est toujours très présente chez celui-ci. Des entretiens uniques ou renouvelés à la demande de l’adolescent peuvent d’ailleurs avoir une valeur thérapeutique considérable.

La place des parents

Certains adolescents peuvent soutenir une demande et venir de leur propre fait aux séances sans vouloir que leurs parents ne soient trop associés à cette démarche qu’il souhaite surtout individuelle.

Pour d’autres, la demande émane des parents et l’adolescent accepte de les accompagner tout en restant dans une grande réserve. Les entretiens préliminaires peuvent être  l’occasion pour ce dernier de se réapproprier la démarche, de comprendre qu’il peut se saisir de cet espace où la parole est libre.  Si ce n’est pas le cas, les rencontres peuvent parfois se poursuivre à la demande des parents voire du thérapeute. Le propre de l’adolescence est souvent de « vouloir et de ne pas vouloir en même temps ».

La plupart du temps, l’élargissement du cadre de la thérapie aux parents ne peut être que bénéfique dans la mesure où les mouvements de l’adolescent obligent les autres membres de la familles à se mouvoir, redessinant ainsi une nouvelle dynamique familiale. L’implication des parents dans la thérapie est donc très variable, mais dans tous les cas ils ont eux-mêmes un important travail psychique à réaliser pour accepter que leur enfant ne soit plus un enfant, qu’il grandisse et devienne un adulte.